La doublure

2012

La doublure Galerie de l'UQAM, 2012
La doublure / Performeuse : Catherine Cédilot / Photo : Louis-Philippe Côté
La doublure Performeuse : Catherine Cédilot / Photo : S. Cliche
La doublure / Performeuse : Catherine Cédilot / Photo : S. Cliche
La doublure / Performeuse : Anne-Flore de Rochambeau / Photo : Louis-Philippe Côté
La doublure / «Vous (dans cette histoire) », livre en deux exemplaires, photo : S.Cliche
La doublure / «Vous (dans cette histoire) », livre en deux exemplaires, photo : S.Cliche
La doublure / «Vous (dans cette histoire) », livre en deux exemplaires, photo : S.Cliche
La doublure / Performeuse : Catherine Cédilot / Photo : S. Cliche
La doublure / Performeuse : Catherine Cédilot / Photo : S. Cliche
La doublure / Performeuse : Julia Barrette-Laperrière / Photo : S. Cliche
La doublure / Performeuse : Marilyne Fournier / Photo : S. Cliche
La doublure / Performeur : Gabriel Painchaud / Photo : S. Cliche
La doublure / Performeuse : Catherine Cédilot / Photo : S. Cliche
1/14
• Galerie de l'UQAM, Montréal, 2012
FR
(english will follow)

Dans la vie courante, la rencontre de deux étrangers provoque un malaise qui peut être partiellement résolu par des échanges. Habituellement cela se fait par un regard croisé et un sourire poli où chacun peut reconnaître en l'autre le caractère inoffensif et bienveillant. Présenté à la Galerie de l'UQAM, le projet La doublure propose une rencontre où ce protocole de base n'est pas suivi.
La doublure

L'installation s'apparente à un laboratoire de psychologie où on observe un sujet à travers une baie vitrée, sauf qu'ici, la hiérarchie observateur/observé n'est pas établie. Qui observe qui? Quel est le rôle du spectateur si ce n'est d'assister au spectacle? Dans ce dispositif, l'observation réciproque réduit la distance entre le spectateur et le performeur. Paradoxalement, cette distance est augmentée par les conditions mêmes dans lesquelles se fait l'observation. L'installation devient alors un espace à occuper, à la fois libre et contraignant, où tous les éléments sont orientés de façon à ramener le spectateur à lui-même, à sa présence et au processus de construction du récit qui lui permettra de s'approprier cette expérience.

Le projet La doublure pose un regard critique sur la notion d'interactivité informatique en la transposant par analogie dans un contexte d'interactions humaines. Ainsi, l'idée d'un programme capable de tenir compte de l'input du spectateur prend forme à travers des protocoles et des règles destinés à être interprétés par un performeur. L'ensemble fonctionne comme un système d'enregistrement, d'encodage et de reproduction qui fragmente les actions du spectateur et les traite comme des informations indifférenciées.

Au théâtre, une doublure vient remplacer un comédien qui s'absente; au cinéma, elle se substitue à l'acteur pour le tournage de cascades. La doublure « prend la place de » ou « se fait passer pour ». Cette notion porte en elle l'idée d'une imposture. Mais qu'en est-il de la doublure interprétée par un performeur dans le contexte d'une installation comme celle dont il est question ici? Est-elle le double du spectateur dont elle reprend les mouvements ou serait-elle plutôt la doublure de l'artiste qui désigne des représentants pour prendre sa place face au spectateur? Peut-être remplit-elle ces deux fonctions en doublant un rôle qui n'a pas de matrice, si ce n'est le visiteur lui-même et les règles établies par l'artiste.

EN

Sébastien Cliche seeks to transpose programmatic strategies of hypermedia fiction, such as interactivity, variability and random sequencing, into non-computer-based works. The installation La doublure resembles a psychology lab where the subject is observed through a glass wall, but without the usual observer/observed hierarchy. Who is observing whom? What is the role of the spectator if not to sit and watch the show? In everyday life, an encounter between two strangers causes discomfort that can be partially resolved through an exchange, usually an exchange of looks and a polite smile allowing each person to perceive the other as innocuous and benevolent. La doublure presents an encounter where this basic protocol is not respected.